Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 10:25



-T'as oublié les croissants ! 
Seul commentaire de ma fille, suite à la lecture de ma Tribune dans le journal municipal de la ville.

Les croissants, le cimetière, le 11 novembre
Les croissants, voilà ce qu'elle a le plus apprécié lors des précédentes commémorations; ces croissants offerts juste à la sortie du cimetière.
 
Ces croissants, il semble que ça compte beaucoup pour elle. Même qu'une fois, elle n'en a pas eu.
- Pas juste, dit-elle.

Pas juste non plus, le compte de M. Hollande.

1914+100= 2013 
M. Hollande lance le centenaire de la der des der... Un centenaire ?
J'ai beau refaire le calcul : 2013-1914, ca ne fait pas 100. 

- Tu ne pourras plus rien dire quand j'ai une mauvaise note en maths
, me répond ma fille.


Sans doute sont-ce des maths modernes? Que je retarde d'un siècle... 
Le prolongement de la réforme des rythmes scolaires? Avec une refonte des additions...
ou des calculs, qui fondent et plombent notre démocratie désormais : les calculs politiques.

Ma Tribune correspond à l'actualité... sauf que je ne l'ai pas écrite pour être dans le coeur de cette actualité.

Tout temps, tous lieux
Cette tribune n'entre pas dans un calcul. Elle est hors temps et hors lieu - elle concerne toutes les villes et villages, toutes les générations.

Alors, je choisis de la publier sur ce blog... d'autant plus qu'elle est tirée de ce blog.
Je rends à Elue Opposition ce qui appartient à Elue Opposition !

 .............. Tribune dans le journal de ma ville.....

Plainte enfantine

- C’est quoi, le 11 novembre ? demandai-je à ma fille.

- Un lundi, cette année ! Super, un week-end prolongé.


Sic  !
L’impression que l’armistice de 1914-1918, elle s’en moque

comme de l’an 40.

Ce 11 novembre, ma fille ira au cimetière, assister aux commémorations.

À l’idée, elle fait une g… d’enterrement. C’est de circonstance.

Et comme il y aura le discours du Maire – l’Histoire et l’hommage aux

soldats, toujours et encore qualifiés de héros ; cette histoire, moi sa

mère que je lis à ma fille.

Mais le cri le plus affreux que l’on puisse entendre et qui n’a pas

besoin de s’armer d’une machine pour vous percer le coeur, c’est

l’appel tout nu d’un petit enfant au berceau :

« - Maman !… maman !… » que poussent les hommes blessés à

mort qui tombent et que l’on abandonne entre les lignes après une

attaque qui a échoué et que l’on reflue en désordre.

« - Maman !… maman !… » crient-ils… Et cela dure des nuits et des

nuits car dans la journée, ils se taisent ou interpellent leurs copains

par leur nom, ce qui est pathétique mais beaucoup moins effrayant

que cette plainte enfantine dans la nuit :

« - Maman !… maman !… »

Et cela va s’atténuant car chaque nuit ils sont moins nombreux… et

cela va s’affaiblissant car chaque nuit leurs forces diminuent, les blessés

se vident… jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un seul qui gémit sur

le champ de bataille, à bout de souffle : « - Maman !… maman !… »

Extrait du roman de Blaise Cendrars - La Main coupée. Ses souvenirs

dans les tranchées.
 

Et j’expliquerai à ma fille que déposer une gerbe, c’est vomir la guerre.

Toutes les guerres !

.......................................................................................

A noter :
- Dans la Pravda, les Tribunes sont en noir et blanc...
en revanche, le "Sic!" en italique a été accepté, ma Tribune a été corrigée...  J'en ai parlé ici 


 





 

Partager cet article

Repost 0
Published by elueopposition - dans La pravda municipale
commenter cet article

commentaires

les cafards 09/11/2013 11:27

bravo ! Il fallait le lire et le dire

Présentation

  • : Le conseil municipal : le théâtre vu par une novice en politique
  • Le conseil municipal : le théâtre vu par une novice en politique
  • : Me voilà une élue. Une élue de l'opposition. Et je découvre le conseil municipal, la position d'une conseillère municipale... Un conseil municipal, à quoi ça sert? L'envie aussi de donner un grand coup de pied; un coup de pied dans cette fourmilière. D'où mes pieds alors que les Politiques montrent toujours leur tête.
  • Contact

Recherche